mercredi 22 avril 2015

Earth Day 2015

En cette journée de la Terre 2015, je désirerais partager avec vous le message du Secrétaire général des Nations Unies, Monsieur Ban Ki-moon, dont vous trouverez le texte ci-dessous, en anglais, suivi du texte en français.

Mais permettez-moi déjà une petite question : ne devrions-nous pas célébrer notre Terre-Mère tous les jours?



Message of the Secretary-General for 2015[1]

« The word ‘mother’ holds great power.  It evokes memories of the women who gave us life, nurtured us as infants and helped mould us into who we are today.  The Earth is the ultimate mother – an astounding planet that has, since time immemorial, supported life in myriad forms.  As humans, we outgrow the need for constant maternal care.  But we can never outgrow our reliance on Mother Earth.  As long as we live, we need air, water, fertile soil and the countless other gifts this planet bestows.

This dependence makes it all the more astonishing that we have allowed rapid and often unwise human development to disrupt so many of the delicate systems that have functioned harmoniously for millennia.  We are increasingly aware of the damage our species has wrought – the pollution, the dwindling resources, the species of flora and fauna forever gone, the rush towards tipping points that may alter the way our planet functions.  Even with this knowledge, we have yet to change our ways.  
But we can change, and 2015 brings a critical opportunity to do just that.  This year, the world aims to finalize the post-2015 sustainable development agenda and reach a new and meaningful universal climate change agreement.  These processes have the potential to redefine our future for the better, by eradicating extreme poverty in all its forms and resetting our relationship with this planet and every living being it sustains.  

But the big decisions that lie ahead are not just for world leaders and policy-makers.  Today, on Mother Earth Day, I ask each one of us to be mindful of the impacts our choices have on this planet, and what those impacts will mean for future generations.  Not everyone is able to make sustainable choices, but for those who can, simple decisions such as switching to energy-efficient lighting or buying only what you will consume – when accumulated across billions of people – can transform our world.  The power to change begins with you.

As a global community, we have the opportunity to make 2015 a turning point in human history.  This can be the year our children and grandchildren will remember as when we chose to build a sustainable and resilient future – both for Mother Earth and all those that development has until now left behind.  Let us seize this historic opportunity together. »



Message du Secrétaire général[2]

« Le terme « mère nourricière » est très fort. Il évoque le souvenir de la femme qui nous a donnés la vie, nous a nourris quand nous étions bébés et nous a aidés à devenir les adultes que nous sommes aujourd’hui. La Terre est notre mère nourricière par excellence – une planète formidable qui, depuis des temps immémoriaux, alimente toutes les formes de vie. Quand ils grandissent, les êtres humains peuvent se passer des soins permanents d’une mère, mais nous ne pourrons jamais nous passer de notre Terre-Mère car, tout au long de notre vie, nous avons besoin d’air, d’eau, de sols fertiles et des innombrables autres bienfaits que la planète nous offre.

Compte tenu de cette dépendance, il est d’autant plus surprenant nous ayons laissé le développement humain se faire de manière aussi rapide, et parfois irréfléchie, et perturber autant de systèmes fragiles qui fonctionnent en harmonie depuis des millénaires. Nous prenons de plus en plus conscience des dégâts que nous occasionnons – la pollution, la raréfaction des ressources, la disparition de certaines espèces végétales et animales, la course vers le point de non-retour – et qui sont susceptibles de dérégler le fonctionnement de notre planète. Et pourtant, nous n’avons toujours pas changé nos habitudes.

Il n’est toutefois pas trop tard et 2015 nous offre l’occasion d’agir. Cette année, le monde s’est donné pour objectif de terminer le programme de développement durable pour l’après-2015 et de parvenir à un nouvel accord universel sur les changements climatiques. Nous avons la possibilité de redessiner notre avenir pour le meilleur en éliminant l’extrême pauvreté sous toutes ses formes et en redéfinissant notre relation avec cette planète et chaque être vivant qu’elle nourrit.

Les grandes décisions qui nous attendent ne concernent pas uniquement les dirigeants mondiaux et les responsables politiques. En cette Journée internationale de la Terre nourricière, je souhaite que chacun prenne conscience des conséquences de ses choix pour la planète, et de leur implication pour les générations futures. Tout le monde ne peut se permettre de faire des choix durables, mais pour ceux qui le peuvent, le simple fait de passer à un type d’éclairage basse consommation ou de ne pas acheter plus que ce que l’on va consommer – multiplié par plusieurs milliards de personnes – peut transformer notre monde. Le pouvoir du changement commence avec chacun d’entre nous.

En tant que communauté mondiale, nous avons la possibilité de faire de 2015 un moment unique dans l’histoire de l’humanité, une année dont nos enfants et nos petits-enfants se souviendront comme celle où nous avons choisi de construire un avenir durable et résilient, pour la Terre nourricière et pour tous les laissés-pour-compte du développement. Ensemble, ne laissons pas passer cette occasion historique. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire