vendredi 17 avril 2020

DD2.0, l’économie: petite proposition

Après cette crise mondiale due à ce petit virus bien mal intentionné à notre égard, il semblerait bien qu’il nous faille repenser notre système économique

En effet, nous ne pouvons plus « simplement » dépendre de pays lointain pour la production à bas coûts de nos biens de consommation. Il semblerait bien qu’il nous failles relocaliser certaines entreprises et de penser à une certaine « décroissance »

La question qui se pose, dès lors, est de savoir si les grand groupes économiques et les institutions financières vont accepter de se plier à cette nécessité

Je crains fortement que la réponse soit négative. Après tout, les instruments macroéconomiques fonctionnent très bien… dans le domaine économique !

Mais, en fin de compte, pourquoi ne pas légèrement modifier certains de ces outils macroéconomique afin qu’ils puissent mieux prendre en considération les efforts écologique des pays et des sociétés ?

Mais commençons par quelques définitions

La macroéconomie n’est autre que « l’étude des phénomènes économiques globaux incluant l’inflation, le chômage et la croissance économique[1] »

La croissance économique est « le taux d’augmentation de la quantité de biens et services d’une économie au cours d’une période de temps[2] »

Couramment, le bien être d’une économie, notamment considéré par son taux de croissance économique, est généralement mesuré par l’augmentation du Produit Intérieur Brut (PIB) de cette économie[3]

Mais qu’est-ce que ce PIB ? Et comment est-il mesuré ?

Le PIB peut être défini comme « la valeur de marché de tous les biens et services finaux produit dans un pays au cour d’une période [4]» de temps déterminée[5]

Que signifie cette définition ? Cela signifie que mesurer le PIB d’une économie, ou d’un pays, on prend en considération la valeur sur le marché, les prix du marché, pour, de manière exhaustive, chaque biens et services finaux, soit terminé, complet, produits dans un pays déterminé, sur un laps de temps défini qui se porte généralement sur une année[6]



Bon, là on sait ce qu’est le PIB, mais comment est-il calculé ?

Le PIB d’un pays se calcul grâce à l’équation suivante[7] :


PIB = C + I + G + NX 


Où       C représente la consommation des ménages,

I représente l’investissement, soit l’achat de biens qui seront utilisés ultérieurement                    pour la production de service et/ou d’un plus grand nombre de biens,

G représente toutes les dépenses publiques,

NX représente les exportations nettes, soit les exportations totales moins les importations



Ce PIB est bien pratique car il permet d visualiser l’évolution d’une économie d’une période de temps à une autre, ainsi que de classer les différentes économies, les différents pays, entre elles[8]


Comme il est fort probables que les instruments actuellement utilisés en macroéconomie le resteront après la crise sanitaire actuelle, j’aimerais faire une petite proposition qui se résumerait ainsi :

PIB = PIBtotal = PIBclassique + PIBécologiquement vertueux


Le PIB classique reprenant les éléments du PIB tels que décrits ci-dessus, à l’exception des opérations écologiquement vertueuses

Le PIB écologiquement vertueux reprendrait les composantes du PIB décrite ci-dessus, mais à condition qu’elles répondent aux Objectifs du Développement Durable[9] et/ou qu’elles participent à la restauration, la préservation et l’amélioration de l’environnement



Nous pourrions ainsi conserver les mécanismes de classement des économies classiquement utilisés en macroéconomie, mais en choisissant d’effectuer les comparaisons et classements soit sur base du PIB total, soit sur base du PIB classique, soit, plus intéressant à mes yeux, sur base du PIB écologiquement vertueux, celui-ci se calculant comme suit :

PIBécologiquement vertueux = PIBtotal - PIBclassique


Les outils utilisés restent les mêmes, l’aménagement à mettre en place est minime, et le classement pourrait être bien plus représentatif des efforts fournis par les différentes économies pour avancer dans la transition écologique devenue, à mon humble avis, totalement indispensable


[1] MANKIW N.G. et TAYLOR M.P., Principes de l’économie, 5ème édition, De Boeck Supérieur, 2019, p991
[2] Ibidem, p987
[3] Ibidem, pp 526-528
[4] Ibidem, p528
[5] Ibidem
[6] Ibidem, pp 528-530

[7] Ibidem, pp531-534
[8] Ibidem, pp535-545

Aucun commentaire:

Publier un commentaire